Off White Blog
Les riches Iraniens stimulent le boom des voitures de luxe

Les riches Iraniens stimulent le boom des voitures de luxe

Décembre 2, 2022

Mercedes de luxe Iran

Les riches Iraniens alimentent un boom sans précédent des voitures de luxe malgré les sanctions qui nuisent à leur économie, payant jusqu'à 360 000 $ pour des voitures haut de gamme.

"Les acheteurs paient d'avance pour ces voitures, qui coûtent généralement deux à trois fois plus qu'à l'étranger", a expliqué à l'AFP un vendeur de voitures à Téhéran sous couvert d'anonymat.

Un journal citant des données douanières officielles, Hafte-Sobh, a rapporté que «quelque 563 modèles Porsche différents ont été vendus au cours de la dernière année iranienne (jusqu'en mars 2012)», d'une valeur totale de 50 millions de dollars avant une lourde taxe d'importation de 100%.


L'objectif de Porsche est de vendre 800 de ses voitures en République islamique cette année iranienne en cours, ont déclaré les médias, soulignant les percées que le constructeur automobile allemand tape-à-l'œil se fait dans un marché de niche auparavant dominé par les offres plus discrètes des rivaux BMW et Mercedes-Benz.

Maserati, la marque de muscle grognante appartenant à Fiat en Italie, cherche également à obtenir une part de l'action en ouvrant sa propre salle d'exposition à Téhéran dans quelques semaines, selon des rapports.

La folie ostentatoire de l’élite iranienne contraste fortement avec les détroits des Iraniens ordinaires.


Ils sont confrontés à une inflation de plus de 20%, un taux de chômage estimé à 12-25%, une devise fortement affaiblie au cours des quatre derniers mois et des sanctions économiques occidentales imposées pour freiner le programme nucléaire contesté de Téhéran.

Alors que les riches recherchent des supercars coûtant entre 110000 $ (pour une Porsche Boxster d'entrée de gamme) à 360 000 $ (pour une Porsche Panamera Turbo ou une Maserati GranTurismo), les Iraniens qui travaillent s'en sortent avec un salaire mensuel moyen de 700 $.

Le marché automobile iranien est hautement protégé contre les importations, n'autorisant que 40 000 véhicules l'an dernier, malgré une demande en constante augmentation, principalement satisfaite par la production nationale de quelque 1,6 million de voitures par an.

On estime maintenant à 14 millions le nombre de véhicules sur les routes iraniennes, soit plus du double des six millions immatriculés en 2005.


Wealthy seniors: a business opportunity - Docu - 2014 (Décembre 2022).


Articles Connexes