Off White Blog
Notre réponse paniquée au coronavirus est objectivement pire que la maladie

Notre réponse paniquée au coronavirus est objectivement pire que la maladie

Août 18, 2022

Outbreak - le premier film qui a introduit les pandémies dans la conscience dominante

Ce fut une guerre quasiment éternelle - Les humains luttent contre les virus depuis avant que notre espèce ne devienne sa forme actuelle. COVID-19 n'est même pas le premier coronavirus auquel nous avons été confrontés, en 2007, nous avons été confrontés à un «rhume meurtrier» que l'OMS a surnommé Adenovirus-14. Étant donné que la transmission est une question de vie ou de mort pour les lignées d'agents pathogènes, certains biologistes évolutionnistes se sont concentrés sur cela comme la clé pour comprendre pourquoi certains virus ont évolué en tueurs et d'autres ne causent pas pire que le rhume. L'idée est qu'il peut y avoir un compromis évolutif entre la virulence et la transmission, mais même alors, biologiquement parlant, la science médicale n'est pas plus proche de découvrir les relations entre la létalité d'un virus et son viralité (un terme qui se réfère actuellement aux phénomènes des médias sociaux plutôt qu'aux maladies) que toute hypothèse à ce stade n'est qu'une conjecture.

Cela dit, une chose est claire: beaucoup de gens ont plus peur du COVID-19 qu'ils n'ont de raison de l'être. Pour commencer, il existe de nombreux types de coronavirus humains, y compris les plus courants qui provoquent des maladies respiratoires légères.Au début, le coronavirus 2019 a été ajouté avec un préfixe «nouveau» car il était censé indiquer qu'il s'agissait d'un virus médical la communauté n'avait pas encore rencontré, plutôt qu'une déclaration inférée, de sa létalité - c'était simplement une déclaration de fait objective de son caractère unique dans la grande famille des coronavirus.


Notre réponse paniquée au coronavirus est maintenant objectivement pire que la maladie

Certains coronavirus provoquent des maladies de type rhume chez les humains. D'autres provoquent des maladies chez certains types d'animaux, comme les bovins, les chameaux et les chauves-souris. Les coronavirus animaux peuvent rarement se propager aux humains. Cela s'est produit avec SARS-CoV et MERS-CoV. La pandémie de grippe la plus meurtrière, parfois appelée grippe espagnole, a commencé en 1918 et a rendu malade jusqu'à 40% de la population mondiale, tuant environ 50 millions de personnes.

Aujourd'hui, une saison de grippe typique verra des taux de mortalité pouvant atteindre 500 000 dans le monde selon l'OMS. Mais parfois, une nouvelle souche de grippe comme COVID-19 émerge, une pandémie se traduit par une propagation plus rapide de la maladie (et au 21e siècle accompagnée d'une diffusion sur les réseaux sociaux à un rythme jamais vu auparavant), l'humanité a trouvé une nouvelle façon d'alimenter son les peurs les plus sombres d'un point de vue biologique, mental et émotionnel. Cela dit, avec 3048 décès sur 89197 cas à ce jour, le taux de mortalité pour COVID-19 tel que suivi par Johns Hopkins semble être à égalité avec la grippe mortelle de 1918 qui est supérieure à 3%, mais ces statistiques ne sont toujours pas comparables aux décès résultant de la grippe régulière.


Statistiquement parlant, la dengue rend malade 50 à 100 millions de personnes par an, avec un taux de mortalité de 2,5%, bien que inférieur à d'autres virus, y compris le récent coronavirus, elle peut provoquer une fièvre hémorragique de type Ebola, et cette condition a un taux de mortalité de 20% s'il n'est pas traité - c'est pourtant un risque que nous avons appris à vivre et à gérer simplement. Si quoi que ce soit, nos réponses aux virus passés devraient fournir une carte claire en ce que, tout en combattant la maladie d'un point de vue médical, il ne faut pas décimer simultanément les instruments mêmes qui nous permettent de «faire la guerre» à ce virus - alias la force de notre les économies et les finances nécessaires pour alimenter la recherche et le développement d'un remède.

Pourquoi paniquons-nous avec COVID-19? Négligence de probabilité

«Pendant longtemps après le 11 septembre, de nombreuses personnes ont refusé de prendre l'avion parce qu'elles ressentaient un sentiment accru de peur ou de péril, même si, statistiquement, la plupart d'entre elles« n'étaient pas beaucoup plus à risque après les attaques qu'auparavant ». - Cass R. Sunstein, Université de Chicago


Dans un article de 2001 rédigé par Cass R. Sunstein pour l'Université de Chicago intitulé «Probabilité de négligence: émotions, pires cas et droit», Sunstein a développé un argument rationnel selon lequel «Lorsque des émotions fortes sont déclenchées par un risque, les gens montrent une tendance remarquable de négliger une faible probabilité que le risque se concrétise ». Lorsque les gens négligent le fait que la probabilité de préjudice est faible, Sunstein a fait valoir que le gouvernement devrait généralement tenter d'informer les gens, plutôt que de répondre à leur peur excessive par le biais d'actes du Parlement ou de l'autorité martiale. Mais lorsque l'information n'aide pas, le gouvernement devrait réagir, du moins si l'analyse suggère que les avantages l'emportent sur les coûts.

Crédit obligatoire: Photo par Ivan Abreu / SOPA Images / Shutterstock (10558914a)
Les passagers portent des masques chirurgicaux dans un terminal de départ vide à l'aéroport international de Hong Kong.
Alors que le nombre de victimes du nouveau coronavirus augmente, de plus en plus de pays annulent les vols à l'intérieur et à l'extérieur de la région. Annulations de vols dans la peur du coronavirus, Hong Kong, Chine - 14 fév 2020

Sur le plan psychologique, de nombreuses expériences suggèrent qu'en matière de risque, une question clé est de savoir si les gens peuvent imaginer ou visualiser le résultat du «pire des cas». par exemple, en décidant d'acheter des garanties pour des produits de consommation, la plupart des gens n'indiquent pas spontanément la probabilité d'avoir besoin d'une réparation comme raison de l'achat.Mais lorsque les risques ont été perçus comme étant plus élevés, en assurance maladie par exemple, les professeurs Robin Hogarth et Howard Kunreuther ont constaté que la volonté moyenne de payer des primes d'assurance ne variait pas entre les risques de 1 sur 100 000, 1 sur 1 million et 1 sur 10 millions. .27 Ils ont également constaté essentiellement la même disposition à payer des primes d'assurance pour des risques allant de 1 sur 650, à 1 sur 6300, à 1 sur 68 000.

"C’est pourquoi les loteries fonctionnent" - Christopher Hsee, Université de Chicago

Dans une étude plus récente, Christopher Hsee de l'Université de Chicago et Yuval Rottenstreich de l'Université de Californie à San Diego ont demandé à un groupe de personnes combien ils paieraient pour éviter une chance de 1% d'un «court, douloureux, mais pas dangereux choc électrique." Ils ont demandé à un autre groupe similaire de personnes combien elles paieraient pour éviter 99% de chances de subir un tel choc. En ce qui concerne le jeu et la perte potentielle d'argent, les gens sont beaucoup plus sensibles aux probabilités que dans le cas des chocs électriques. La personne médiane paierait 1 $ pour éviter une chance de 1% de perdre 20 $ - et 18 $ pour éviter une chance de 99% de perdre 20 $. Par conséquent, pour un petit choc, le groupe de test était plus susceptible d'ignorer une différence énorme entre une chance de 1% et une chance de 99% d'éviter un inconfort mineur avec le montant médian que les gens étaient prêts à payer était de 7 $ et d'éviter un 99% chance, le nombre était de 10 $.

Le film Contagion 2011 est devenu le film le plus regardé cette année grâce à COVID-19

Les dégâts du coronavirus en termes économiques

Il peut être grotesque de peser les coûts financiers du coronavirus par rapport au taux de mortalité de la maladie qui a coûté la vie à 3 000 mais hélas, en termes purement économiques - les chercheurs ont constaté que dans l'un des pays les plus économiquement prospères au monde Aux États-Unis, la pauvreté a provoqué la mort d'environ 245 000 personnes (nombres dans la même fourchette que les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux) en l'an 2000. En termes simplistes, avec les hypothèques, le loyer et les autres frais de subsistance, les pertes d'emplois résultant de l'échec systémique des petites et moyennes entreprises (et même des grandes entreprises) peut entraîner un dysfonctionnement catastrophique d'une classe moyenne de plus en plus pris en sandwich - en bref, nous pourrions envisager une autre grande dépression.

"C'est une chose si Wuhan est en lock-out, une autre si toute la Chine est en lock-out, une autre si toute l'Asie est en lock-out et une autre si le monde entier est en lock-out. C’est pourquoi le sentiment a changé - parce que c’est très différent d’avoir un pays en lock-out pendant quelques semaines par rapport à des lock-ups continus dans l’économie mondiale. » - Patrick Chovanec, conseiller pour Silvercrest Asset Management auprès de NYT

En février 2020, OFFWHITEBLOG a averti qu'une dépendance excessive à l'égard de la Chine en tant que producteurs et consommateurs, une sorte d'oeufs ET le phénomène du poulet dans un seul panier, entraînerait le monde dans une catastrophe économique mondiale. Depuis des semaines, les responsables de la logistique, les spécialistes du voyage et les propriétaires d'entreprises ont mis en garde contre des perturbations importantes alors que la maladie continuait de se propager au-delà de Wuhan. Lorsque la Corée du Sud a dépassé Singapour au monde, non. 2 position de la plupart des pays infectés en dehors de la Chine et alors que des nouvelles d'infections commençaient à apparaître aux États-Unis, en Italie et en Suisse, les marchés financiers et la plupart des prévisionnistes économiques ont commencé à se rendre compte que le sentiment atténué de l'épidémie mondiale de COVID-19 n'était 't quelque chose qu'une simple baisse des taux d'intérêt par la Réserve fédérale allait résoudre.

L'incertitude quant à l'ampleur de la propagation du virus et aux dommages économiques qui en résultera est devenue plus claire au fur et à mesure que les pays approchaient de la propagation du coronavirus avec une politique de confinement et de verrouillage, il est devenu certain qu'un éventuel verrouillage mondial serait catastrophique, non plus limitée à la Chine (dont l'économie mondiale était déjà largement dépendante) mais mondiale.

Le coronavirus a réduit au minimum les vols transnationaux - le côté positif est la pollution massivement réduite

La grippe chinoise, la pneumonie mondiale

Selon Nature.com, la Chine héberge plus de 18 millions de petites et moyennes entreprises, représentant près de 80% des emplois des entreprises et 50% des exportations des entreprises privées - ceux-ci ont maintenant été gravement touchés par l'épidémie de COVID-19 alors que la Chine poursuit des efforts agressifs pour contrôler la propagation. En fait, les auteurs émettent l'hypothèse que la combinaison d'une perturbation généralisée de la production, d'une hausse des coûts des stocks due à une consommation intérieure déprimée et à des dépenses de loyers rigides, et des salaires pourraient tous aboutir à une réaction cataclysmique de haut en bas de la chaîne de capital entre les entreprises et les industries, entraînant finalement faillites bancaires, car la liquidité s'est complètement tarie.

«Cette crise va déborder et entraîner une catastrophe.» - L'économiste Nouriel Roubini

S'adressant à Der Spiegel lors d'une interview avec Tim Bartz, l'économiste Nouriel Roubini, le prophète de la crise financière de 2008 estime que le coronavirus entraînera une baisse des marchés boursiers de 30 à 40%. Citant des exemples d'économies en Italie et en Allemagne déjà au bord de la récession et qu'une pandémie de cette nature nécessite une rapidité que le processus politique actuel de négociation, qui prend généralement de six à neuf mois, ne permet pas. En outre, les pays qui dépendaient de la croissance du PIB chinois pour importer et consommer leurs produits, devraient au mieux absorber le choc d'une Chine en récession, au mieux, une Chine à la moitié du taux de croissance prévu de 2,5 à 4% au lieu de les 6% prévus, comme prévu, feraient encore plonger les économies dépendantes dans une spirale descendante.

Comme édité dans l’article du 25 février du NYT de Neil Irwin, les guerres commerciales et les tarifs pourraient mettre du sable dans les rouages ​​du commerce mondial, mais une épidémie de coronavirus de cette ampleur a le potentiel d’arrêter complètement les rouages. Les entreprises avaient de nombreuses options pour faire face à la guerre commerciale, en s'approvisionnant ailleurs ou simplement en payant plus, mais un choc d'offre ne peut être combattu avec la politique monétaire ou fiscale, car les raisons de cet événement ne sont pas liées aux forces qui façonnent plus traditionnellement économique. De plus, les banques centrales au Japon et en Europe ont déjà des taux d’intérêt négatifs, de nouvelles mesures de relance n’aideraient pas du tout.

La Chine a été à la fois fournisseur et client au cours des 10 ou 20 dernières années, et la vulnérabilité a été mieux exprimée lorsque le S&P 500, une bourse américaine, a connu sa pire semaine depuis 2008, en baisse de 11,5% en une semaine. En Europe, le FTSE 100 britannique a chuté de plus de 3% et le Dax en Allemagne de plus de 4%. En Asie, le Nikkei 225 au Japon a reculé de 3,7%, le KOSPI en Corée du Sud a chuté de 3,3% et le Shanghai Composite en Chine de 3,7%.

Plan dramatique d'un événement de fin du monde de The Walking Dead d'AMC

Le scénario Doomsday

Au fur et à mesure que les consommateurs arrêtent ou ralentissent leurs dépenses, davantage d'entreprises commenceront à lutter car les flux de trésorerie, gérés selon les projections, commencent à se tarir - les fournisseurs et les lignes de crédit ne sont pas payés et les investisseurs hésitent davantage à étendre les lignes de crédit ou les conditions de crédit. Les banques peuvent resserrer les normes de prêt et déjà les investisseurs pensent que les craintes concernant le coronavirus ont déjà frappé les banques détenant des actions des trois plus grandes banques américaines - JPMorgan Chase, Citigroup et Bank of America - toutes en baisse de beaucoup plus que le S&P 500 jusqu'à présent cette année .

Les choses vont assez mal en ce moment, mais elles pourraient empirer, notamment le virus COVID-19 qui se répandra en Europe et aux États-Unis, obligeant les consommateurs à rester à la maison, évitant le travail, entraînant une baisse de la productivité, évitant les foules, affectant la vente au détail , restauration et boissons ainsi que les voyages et autres entreprises associées. Pour combler l'écart, la plupart des pays européens ont annulé leurs principales expositions et conférences:

  • La 59e édition du Salone del Mobile.Milano sera reportée en raison du coronavirus
  • Le salon Light + Building 2020 à Francfort reporté à septembre
  • Salon de l'automobile de Genève annulé
  • L'édition 2020 de Watches & Wonders Geneva annulée
  • Baselworld 2020 reporté à 2021 (bien que cela impliquerait que Baselworld 2021 soit reporté à 2022 - formulation bizarre, mais MCH a sauté le pistolet une semaine plus tôt en annonçant qu'il allait de l'avant à toute vapeur - donc le «report» est probablement une économie de visage expression bien tournée)
  • Mobile World Congress 2020 à Barcelone, annulé
  • Sommet mondial du marketing de Facebook
  • Réunion de l'ANASE à Las Vegas
  • Conférence des développeurs de jeux à San Francisco

Objectivement, des gouvernements comme les États-Unis dépendent des recettes fiscales et d'autres sources de revenus pour financer le financement de la recherche biomédicale et encourager la recherche sur les vaccins. Même avec un vaccin, vous aurez toujours besoin de traitements réels contre d’autres virus potentiels. Déjà, le président Trump vise à réduire le financement des NIH de 7% et le financement des CDC de 16%.

Selon Fortune.com, les coupes ont commencé en 2018, alors que la Maison Blanche se concentrait sur l'élimination du financement des programmes de sécurité contre la maladie de l'ère Obama. La même année, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont été contraints de réduire de 80% leurs efforts pour prévenir une flambée mondiale de maladies alors que le financement du programme commençait à manquer. L'agence, à l'époque, a choisi de se concentrer sur 10 pays prioritaires et de reculer dans d'autres, dont la Chine.

Le CDC n'est pas seulement responsable de la coordination des mesures de santé publique des États-Unis en réponse aux épidémies, mais en raison de son suivi et de sa surveillance internationaux, il a également été une agence transnationale utile lorsqu'il s'agit de fournir une alerte à une crise médicale potentielle; de nouveaux dommages économiques entraînant un nouveau resserrement de la ceinture budgétaire pourraient potentiellement entraîner des coupes à plus court terme aux financements biomédicaux cruciaux non seulement aux États-Unis, mais aussi dans d'autres économies développées vitales - un scénario Doomsday qui est objectivement pire que l'épidémie jusqu'à présent. Il est temps de donner une chance à la rationalité.


CORONAVIRUS : PIRE DRAMA DU MONDE HIGH TECH ? (MWC 2020) (Août 2022).


Articles Connexes