Off White Blog
Exposition: «René Magritte: l'image révélatrice» à Hong Kong

Exposition: «René Magritte: l'image révélatrice» à Hong Kong

Septembre 24, 2022

Pour la première fois en Asie et en Europe, une exposition de 132 photographies originales et huit films de l'artiste belge influent, René Magritte, sera présentée par ArtisTree et Ludion de Swire Properties à New ArtisTree à Hong Kong. Du 19 janvier au 19 février, l'exposition intitulée «René Magritte: l'image révélatrice - Photos et films» sera présentée parallèlement à une série de programmes éducatifs, et cherche à faire prendre conscience de la vie et du travail de cet artiste éminent.

René Magritte, «La Clarvoyance», 1936. Image reproduite avec l'aimable autorisation de la Collection Charly Herscovici.

Magritte n'est pas étrangère au monde de l'art, ayant été établie comme l'un des principaux artistes surréalistes du 20e siècle. Des revers dans sa carrière impressionniste l’ont poussé à déménager à Paris où il a ensuite rejoint la société de l’écrivain français André Breton, écrivain du «Manifeste surréaliste», une association qui projetait la direction artistique de Magritte dans le mouvement surréaliste en plein essor. De plus, son intérêt pour la philosophie de la représentation a également influencé sa propre exploration de la perception et de la réalité, un motif clé que l'on retrouve dans ses œuvres acclamées, telles que «La trahison des images» et «Le fils de l'homme».


Cependant, le rôle de la photographie dans ses œuvres surréalistes était moins connu. Alors que plusieurs de ses contemporains, dont le notable Man Ray et son ancien assistant Jacques-André Boiffard, ont axé leur pratique principalement sur la photographie, Magritte s'est concentré sur la peinture comme son moyen d'expression dominant et unique. Ainsi, la découverte de photographies et de films dépeignant des aspects intimes de sa vie et de ses processus créatifs, éclaire non seulement une nouvelle relation entre le médium photographique et son principal objet d'étude en peinture, mais met également en évidence la propre auto-réflexion de Magritte relationnalité avec ses œuvres.

René Magritte, «René Magritte et le barbare (Le Barbare)», 1936. Image reproduite avec l'aimable autorisation de la Brachot Gallery, Bruxelles.

Dans cet esprit, «René Magritte» promet d'être une collection complète comprenant des clichés spontanés qui apportent un nouvel éclairage sur la vie de Magritte, des clichés posés d'amis et de tableaux qui mettent en lumière ses processus créatifs. «Il s'agit d'une exposition très importante car elle offre au public du monde entier un regard intime sur l'un des artistes surréalistes les plus populaires et les plus influents du XXe siècle», explique le conservateur en chef Xavier Canonne. "Je suis ravi que la collection soit hébergée chez ArtisTree à Hong Kong, avant de poursuivre sa tournée en Asie et dans le monde."


Parmi les temps forts de l'exposition, «The Oblivion Seller», prise à l'été 1936. Il s'agit d'une composition spontanée de Georgette Magritte, l'épouse de Magritte, et est particulièrement révélatrice des processus obliques qui caractérisent le mouvement de la photographie à la peinture. . Ici, Magritte avait placé sa pipe et son collier à côté de ses cheveux alors qu'elle était allongée sur la plage, apparemment non perturbée par des forces extérieures, avant de capturer l'image. Dans la peinture corrélée «Georgette», achevée l’année suivante en 1937, Georgette Magritte est présentée comme un portrait avec plusieurs éléments flottant et encerclant son tir dans le fond des nuages. Là où la photographie a capturé des détails lucides de l'image de Georgette médiatisée par le regard de Magritte, la peinture a extrait et obscurci la lucidité en échange de l'accent mis sur les associations perceptives de Magritte avec un portrait affectueux de sa femme.

René Magritte, «The Oblivion Seller (La marchande d’oubli)», 1936. Image reproduite avec l'aimable autorisation de la Collection Charly Herscovici.

Organisée en six sections différentes, toutes organisées à New ArtisTree, la première section offre à son public l'occasion de contempler la vie quotidienne de Magritte avec `` A Family Album '', avant de passer du privé au social avec `` A Family Resemblance '' , qui présente des images de la relation de Magritte avec le groupe surréaliste bruxellois. Dans «Ressembler à un peintre», le public est mis au courant des propres réactions de Magritte à ses œuvres, qui comprenaient souvent des postures d'auto-dépréciation.

Pour faire échec aux illustrations ironiques de la section précédente, les trois sections suivantes présentent les délibérations artistiques de Magritte qui démontrent la corrélation convaincante entre ses photographies, films et peintures, ainsi que l'engagement de Magritte envers la documentation de ses œuvres. «Photography Enhanced» met en évidence une série d'images qui révèlent comment ses photographies sont devenues des inspirations ultérieures pour ses peintures, tandis que «The Imitation of Photography; Magritte et le cinéma (tographie) »explore l’influence du film sur les extraits des films de Magritte. Enfin, un voyage immersif à travers une série de portraits réalisés à différentes étapes de sa vie constitue «Le faux miroir», la dernière section, qui invite le public à contempler l’illustre carrière artistique et le corpus de Magritte.

Pour plus d'informations sur l'exposition, veuillez visiter le site officiel.

Articles Connexes