Off White Blog
BMW taquine iNext: le salon de l'automobile de Paris

BMW taquine iNext: le salon de l'automobile de Paris

Août 11, 2022

Plus tôt au Mondial de l'automobile de Paris, BMW a dévoilé la nouvelle Série 3 Gran Turismo - qui se composait d'une version à 300 km d'autonomie de sa citadine électrique rechargeable i3, d'un nouveau scooter électrique et du futur X2 Concept. Si cela ne suffit pas à une triple menace, le responsable mondial des ventes et du marketing de l'entreprise a taquiné le monde avec ce qui va suivre - une phase de voitures connectées et autonomes.

"La prochaine grande étape sera l'iNext, en 2021", a déclaré Robertson. Il a ensuite expliqué les capacités de conduite autonome de la prochaine génération, un groupe motopropulseur alternatif et une connectivité de pointe. L'objectif final, est une voiture complètement autonome. «En cours de route, [sa] technologie se répandra à travers la marque», explique-t-il.

Pour pouvoir réaliser ce rêve numérique, BMW aurait besoin de forger des partenariats avec d'autres parties, comme les supercalculateurs Intel et les systèmes de vision Mobileye. Le plan directeur comprendra des données en temps réel, des alertes de trafic et une conduite 100% autonome.


Lorsque vous pensez au fait que BMW possède un tiers de la plate-forme de cartographie et de données automobiles HERE (avec Audi et Mercedes), il n'est pas surprenant que la société ait annoncé ce type de plan ambitieux. Cependant, c’est l’entreprise qui vise à offrir un «pur plaisir de conduire». Trahit-elle donc sa propre philosophie avec toutes ces discussions sur la conduite autonome?

«Je pense que les deux choses vont de pair», répond Robertson. «L'ADN de BMW a toujours été l'innovation et la technologie. C’est ce que nous sommes, c’est ce que nous avons toujours été et c’est ce que notre marque représente. C’est ce que nos clients attendent, vous pouvez donc vous attendre à ce que nous continuions à repousser ces limites. » Il affirme que l'intégration de la technologie améliorera davantage l'expérience de conduite.

«Je conduis une nouvelle série 7. Il est semi-autonome. Je conduis les 25 premiers kilomètres dans un environnement d'autoroute, sans restriction. Je roule à plus de 250 km / h. Ça me fait du bien le matin et le soir. Mais les 10 derniers kilomètres sont toujours dans un trafic pare-chocs à pare-chocs. Je le colle dans le mode qui permet une semi autonomie. Je n'ai plus besoin d'utiliser mes pieds. Je peux retirer mes mains du volant, je peux détacher mes yeux de la route, brièvement, et pour moi, c'est épouser le monde autonome avec un pur plaisir de conduire dans un environnement urbain parce que tout n'est pas très amusant. »


Mag autojournal.fr du 21/10/2016 (Août 2022).


Articles Connexes